reflexions ...

Publié le par Zamiatine

Bon, allez, pour une fois, et pour la première fois depuis que je tiens ce blog, je vais écrire un article qui ne concerne pas directement des techniques boursières. Il y est quand même fortement lié...
Je me permets de mettre cet article car les journalistes et médias n'ont pas abordés ce point qui me semble important.


Mon avis sur EADS ...
Comme tout un chacun, j'ai été informé par les médias de la situation d'EADS. Des salariés qui très justement manifestent, de Louis Gallois qui explique qu'ils sont confrontés à une catastrophe industrielle, des candidats énarque qui promettent plus d'aide d'Etat et des candidats extrémistes qui accusent l'Europe ...

Et puis, au détour d'un interview, M. Gallois a déclaré (je cite de mémoire, dslé si imprecision) que une variation du dollar de 1 centime d'Euro leur faisait perdre 100 millions d'Euros....Et que évidemment, tout leurs problèmes venaient de là...Evidemment ...

Je ne connais pas les tenants et les aboutissants exacts de la situation. Ce qui me frappe quand même, c'est que il existe sur les marchés financiers tous les outils nécessaire pour une entreprise, pour se couvrir contre la variation euro/dollar... çà s'apelle les marchés dérivés.

Aux Etats-Unis, 85% des entreprises utilisent les marchés dérivés pour se couvrir contre les risques. En France seulement 15%.
En france, la plupart des directeurs financiers viennent soit des branches audit comptables, soit des cabinets d'expertises comptables. Pour avoir été des deux cotés, je connais un peu leurs caractéristiques. Un directeur financier typique est soit un comptable qui veut que les comptes soient exacts à la virgule près, ce faisant il est très bon au jour le jour mais manque de vision globale aux moments critiques. Soit, une personne sorti de cabinet d'audit qui laisse la gestion comptable au jour le jour à un chef comptable et qui s'interesse quasimment exlusivement aux grandes masses. Ces directeurs financiers ex auditeurs connaissent parfaitement les arcanes des entreprises qu'ils dirigent MAIS étant donné qu'ils sortent d'un milieu très fermé ne connaissent généralement peu les évolutions des marchés financiers.


Si ce que M. Gallois a dit est exact, alors, ce qui n'est pas dit dans les médias, ce que les partenaires d'EADS n'abordent pas c'est un point crucial: La crise d'EADS n'est absolument pas une catastrophe industrielle comme le dit M. Gallois, mais une catastrophe financière.

Pourquoi ? Parce que la direction financière s'est sciemment ou par ignorance  laissée courir le risque d'une variation euro/dollar. Dans tous les cas, il serait normal que la direction en tire les conséquences.

Autre point, ces dirigeants ont mis au point un plan social pour réduire leurs pertes financières. J'espère pour eux qu'ils ont aussi prévu la suite car si aujourd'hui le dollar s'échange contre 1,32 euros, la tendance technique est clairement à une baisse continue du dollar. Techniquement, il est prévu que le dollar s'échange bientôt contre 1,33 euros. D'ici la fin de l'année, les fondamentaux, eux, indiquent qu'il est crédible de penser que le dollar s'échange contre 1,50 euros.
Soit, encore 2 milliards de perdu pour EADS ....

Bon, allez, sur ces reflexions, bon WE à tous.

Zamiatine

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
c'est un peu court comme explication sur le risque de change.Il me semble que le risque de change existe au moins dès lors que l\\\'on a des coûts dans une monnaie (EUR) et des ventes dans une autre (USD). Il est possible de couvrir le contrat au moment de la signature, a la rigueur de couvrir sur le montant du CA  estimé pour le futur proche ou un peu moins proche. mais une entreprise ne va pas couvrir pour 10 ans de contrats, alors si le dollar baisse les contrats passés sont couverts, une partie des contrats futurs aussi mais apres  a mesure que le taux de change devient plus defavorable les nouveaux contrats sont couverts a ce taux c'est inevitable et EADS soit augmente ses prix soit diminue sa marge car ses couts sont eux  toujours en Euro. Une solution serait de produire avec des couts en dollar, produire aux US par exemple.
Répondre
N
Oui, et les 1,33 euros ont les a même dépassés...
Répondre